Votre cancer

Vivre avec la maladie

Vacances et cancer

Si en début de traitement, l’idée de vacances peut paraître inadaptée, celles-ci peuvent s’avérer nécessaires et font partie du maintien de la « vie normale ». Quelques conseils pour s’y préparer au mieux.

Puis-je partir en vacances pendant mon traitement ?

Il est possible de partir quelques jours pendant un traitement, sous certaines conditions. Dans tous les cas, il convient d’en discuter avec votre oncologue avant de prévoir tout départ.

S’il s’agit d’une chimiothérapie en perfusion, il est possible de prévoir des congés entre 2 cures mais selon le risque d’aplasie (baisse des globules blancs transitoire avec un risque d’infection plus important) la destination et les activités prévues devront être discutées avec votre médecin.

Si vous prenez un traitement oral, il est possible de partir en prenant les précautions ci-dessous. Selon la durée de traitement, les symptômes liés à la maladie et la tolérance du traitement, il est également possible de discuter avec votre oncologue « des vacances thérapeutiques » où le traitement est interrompu quelques temps pour vous permettre de souffler. Ceci n’est pas la règle mais en cas de traitement prolongé, ces pauses peuvent d’avérer nécessaires.

Que dois-je prévoir avant mon départ ?

Il faut prévoir les quantités suffisantes de traitements pour la durée des vacances (notamment si thérapie anti-tumorale orale) ainsi qu’en cas de traitement spécifique, de prise d’antalgiques et d’anticoagulants.

N’oubliez pas la copie de l’ordonnance et des éléments récents du dossier médical.

Il est toujours utile de faire une liste des professionnels de santé à proximité du lieu de vacances en cas de besoin tel que les services d’urgences hospitalières, pharmacie, laboratoire, cabinet infirmier etc.

Que faut-il éviter ?

Dans tous les cas, en prévention des cancers cutanés et du fait de la photosensibilité induite par de nombreux traitements, une protection solaire adéquate devra être mise en place :`

  • Éviter les heures les plus chaudes pour s’exposer.
  • Appliquer et renouveler régulièrement une protection solaire de haut indice sur la peau.
  • Porter des lunettes et un chapeau.

La présence d’une chambre implantable dont la cicatrisation est satisfaisante ne contre-indique pas la baignade.

Attention, dans certains cas, les sports extrêmes et des activités comme la plongée ou le parachutisme sont contre-indiquées. Demandez conseil à votre oncologue avant le départ. 

Précautions particulières pour l’avion

Le risque de développer une thrombose (caillot sanguin obstruant un vaisseau, le plus souvent au niveau d’une veine) est plus important en cas de cancer actif.

Il est donc important pour tout vol moyen ou long courrier de prévenir ce risque avec le port de bas de contention de classe II et en vous déplaçant régulièrement durant le trajet. Si vous avez déjà présenté une thrombose ou une embolie au cours de votre vie, il faudra en discuter avec votre médecin de la mise en place d’une anti-coagulation préventive. Enfin, si vous êtes déjà sous traitement anti-coagulant, le traitement ne doit surtout pas être interrompu.