Votre cancer

Vivre avec la maladie

L'environnement du patient

Fatigue, sommeil et cancer

Savoir reconnaitre l'asthénie

La fatigue liée au cancer et ses traitements se distingue des autres types de fatigue. Habituellement, la fatigue est la manifestation d’un besoin de repos par l’organisme. D’ordre physique et/ou intellectuel, elle est, en situation normale, consécutive à un effort. Le sommeil est dans ce cas réparateur.

En cas d’asthénie, fatigue pathologique causée par la maladie et/ou ses traitements, le ressenti est différent et le sommeil ne corrige pas forcément cette sensation de fatigabilité anormalement intense sans effort particulier.

Ce phénomène très fréquent est observé chez plus de 2/3 des patients et peut fortement altérer la qualité de vie.

Comment reconnaître l’asthénie ?

Les signes d’asthénie se distinguent des symptômes de fatigue « physiologique »: 

Un manque constant d’énergie malgré le repos

Une fatigue disproportionnée par rapport à l’effort fourni

Des troubles de la concentration et de la mémoire modérés

Des symptômes d’épuisement émotionnel avec une irritabilité voire un état dépressif

Quelles en sont les causes ?

La fatigue est le plus souvent multi-factorielle.

Il y a les facteurs primaires liés à la tumeur: la maladie en elle-même et son évolution, intensité et délai d’apparition variables selon le stade et l’organe touché.

Les facteurs « secondaires » et souvent modifiables liés au cancer: variations de poids, douleur chronique, anxiété/dépression, anémie inflammatoire ou induite par les traitements, troubles du sommeil (insomnie) et dénutrition.

Les facteurs « secondaires » sont liés aux traitements quels qu’ils soient. Normalement passagère après une chirurgie, la fatigue consécutive à la chimiothérapie peut à l’inverse persister dans le temps (parfois jusqu’à plusieurs années après la fin du traitement). La radiothérapie cérébrale peut également être à l’origine d’une fatigue importante. Parfois, ce n’est pas le traitement lui-même qui est en cause mais ses modalités pratiques avec des venues fréquentes à l’hôpital: le temps de trajet, le temps d’attente etc.

Il y a aussi le déconditionnement à l ‘effort et le rôle des autres co-morbidités: neurologique, cardio-vasculaire, endocrinienne (tel que l’hypothyroïdie). Enfin, le contexte psycho-social peut avoir un impact important.

Comment la prendre en charge ?​

La première étape consiste à identifier et évaluer la fatigue. Il est important de parler et de décrire la fatigue ressentie à l’équipe soignante. La prise en charge de la fatigue est individuelle et spécifique selon les facteurs explicatifs prépondérants.

La fatigue liée à la maladie elle-même dépend de l’efficacité des traitements spécifiques mis en place.

Elle peut aussi être liée aux traitements  et peut être gérée de différentes façons:

  • Limiter le nombre d’allers-retours à l’hôpital en regroupant les rendez-vous.
  • Traiter les effets secondaires réversibles des traitements comme l’anémie (transfusion, supplémentation en fer, traitement par EPO etc) et la dénutrition.

Il convient également de veiller à la qualité du sommeil. Le plus souvent ceci ne requiert aucune intervention médicamenteuse. Par exemple, conserver une activité physique régulière même de faible intensité et des cycles de sommeil réguliers contribue à lutter efficacement contre la fatigue. En cas d’insomnie, la cause doit être identifiée. Souvent secondaire à des angoisses, une prise en charge (onco)psychologique peut être utile. Le soutien de votre entourage est également primordial, les associations de patients peuvent compléter cette aide.

Enfin, si vous être porteurs de douleurs et d’autres pathologies chroniques, leur équilibration permettra de faire régresser l’asthénie.

En résumé, la prise en charge de la fatigue est pluri-disciplinaire, faisant appel à différents professionnels de santé: oncologue, médecin traitant, psychologue, diététicienne, médecin de la douleur, sophrologue mais aussi à votre entourage. La première étape essentielle est de signaler et décrire (par exemple tenue d’un journal de vos symptômes) votre fatigue à l’équipe qui vous prend en charge.